Belhamadi : Il faut nous donner le temps nécéssaire

Cs ConstantineExpliquez-nous comment s’est effectué votre retour au CSC ?
Vous savez, la vie d’un footballeur est faite ainsi. Un jour tu es là, tu pars ensuite tu reviens. J’ai déjà eu l’occasion de parler de mon retour dans un club que je connais parfaitement.

De plus, se rapprocher de ma famille était l’une de mes préoccupations majeures. C’est donc sans grande hésitation que j’ai pris mes responsabilités en retournant au CSC.

A quelques jours du coup d’envoi de la compétition, comment se présente votre formation ?

Avec pratiquement un remaniement de plus de 90%, il faudrait être lucide pour reconnaître que la tâche ne sera pas aisée. Certes, il y a eu un grand travail qui a été accompli, mais peut-on affirmer que l’on peut préparer une formation compétitive en si peu de temps ? c'est la question qui se pose d'elle-même. Ainsi donc, il ne faut point s'enflammer ou chercher à brûler les étapes, car cela pourrait nous porter préjudice. L’idéal serait de travailler dans la sérénité en disposant de tous les moyens nécessaires à l’épanouissement du groupe. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourrait dégager un groupe conquérant à même de se faire respecter par ses adversaires.

La pression des supporters clubistes, vous connaissez ; un mot là-dessus ?

Les supporters d’El Harrach ont été pour beaucoup derrière l’accession de leur équipe dans un certain sens. Ceux du CSC possèdent les mêmes qualités, mais se doivent de faire preuve de réserves en début de championnat, afin de donner le temps nécessaire à leurs joueurs de retrouver leurs repères et de ne point tomber dans la précipitation à vouloir gagner à tout prix au détriment d’évoluer sur leur valeur. S’il y a une trop forte pression dès les débuts, cela pourrait pénaliser un groupe encore à la recherche de ses marques. Les joueurs n’ont qu’une seule idée, celle de faire plaisir à leurs supporters et à eux- mêmes. Donc travaillons dans le calme d’abord et nous aurons ensuite le temps nécessaire d’y voir plus clair et de fixer des objectifs conformes à ce que nous serons en mesure de faire sur l’aire de jeu.

Cette première rencontre à Oran face à l’ASMO, comment se présente-t-elle pour vous ?

Les débuts sont toujours importants, car déterminants pour la suite du parcours. C’est pour cette raison que mes coéquipiers et moi restons déterminés à nous défoncer sans compter dans ce match pour réussir quelque chose de positif. Nous n’avons pas encore une idée sur l’adversaire et cela nous pousse à la prudence, mais aussi au fait de jouer sans complexe avec la ferme intention de se faire respecter. Si on arrive à réussir notre entame, nous aurons beaucoup à gagner, notamment sur le plan psychologique. L’ASMO a de tout temps présenté une équipe technique. Nous partirons à Oran pour tenter de prouver notre valeur.

 

Tahar Aggoune - Le buteur


Top